• Eguisheim. Lors d'un marché aux puces (sans rire).

    Avoir la queue entre les jambes
     

    2 commentaires
  • Cette photo me fait penser au tableau de Raphaël "L'école d'Athènes" où l'on aperçoit tous les philosophes de l'Antiquité, et au centre Platon qui montre le ciel, alors qu'Aristote montre la terre. Cela rappelle également la Table d'Emeraude attribuée à Hermès. 

    Pourquoi l'enfant a-t-il fait ce geste ? A-t-il voulu imiter celui du Christ de Saint-Trophime en Arles ? 

    Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas 

    votre commentaire
  • Bien sûr, j'ai une philosophie. Je suis un "outside man", quelqu'un qui observe le monde de l'extérieur, un voyeur existentiel, un photographe, quoi !

    Je suis à l'affut des étrangéités, du mystère, des rencontres fortuites, qui sont le fruit du hasard.... Le premier jour on ne voit pas grand chose. Le second est meilleur. Le troisième jour les évènements arrivent d'eux mêmes... Le quatrième jour il est temps de rentrer car les neurones ne fonctionnent plus.

    Quand je me balade dans une ville étrangère, j'accroche mon appareil photo à mon bras. Auparavant j'avais un Nikon D200, très rapide. J'en étais très content. Mais il avait quelques défauts. Les plages claires étaient souvent "cramées" et la zone de netteté était trop grande, à cause du capteur APS.

    Maintenant j'ai un Nikon D700 avec le Nikkor 24-70mm f: 2.8... Que du bonheur, sauf que je fais moins de photos : il est beaucoup trop lourd ! Je me mettrai peut-être à l'objectif fixe.

    Généralement lors d'une balade d'une journée je prends entre 400 et 800 images. Si j'en ai une bonne, la journée est sauvée. 

    Cette image a été prise à Paris face au mur de Philippe Auguste, seul vestige de l'enceinte de la ville. Personne ne le voit et personne n'y fait attention. Des jeunes jouaient au ballon et s'agitaient dans tous les sens. Seul un homme ne prêtait guère attention à tout ce brouhaha.
    On aurait dit qu'il était mort.Ma philosophie

    votre commentaire
  • Paris, Champs Elysées.
    Il arrive qu'un individu ne soit plus rien et qu'il ait perdu le sens de toute dignité.
    C'est le cas de ces Roumains qui sont de véritables esclaves.
    Cette jeune fille s'est placée sans le savoir devant un panneau qui indique sa condition.  

    Fin de série 

    votre commentaire
  • Mulhouse, monument "Aux malgré nous".
    La photographe a pris soudain la même attitude que la tête du monument... étonnant...
    Mimétisme, quand tu nous tiens.... 

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique